• Madimoma

Oser les serviettes hygiéniques lavables

Nous sommes de plus en plus nombreuses à ne plus tolérer que des produits chimiques dangereux (perturbateurs endocriniens, substances cancérogènes...) soient présents dans nos produits du quotidien tels que les shampooings, gel douche, couches... Nous sommes aussi beaucoup plus concernées par l'environnement que ne l'étaient les générations précédentes (oui je généralise un peu). C'est pourquoi les femmes se dirigent à nouveau vers les protections périodiques lavables ou SHL.



Il existe des serviettes jetables dites écologiques mais elles restent à usage unique et donc un déchet évitable

Il y a quelques années, j'ai d'abord découvert la coupe menstruelle, aussi appelée Cup. C'était mon premier pas vers la diminution des protections jetables. Elle vient en remplacement des tampons, qui sont directement en contact avec la muqueuse vaginale. Les muqueuses sont d'avantage perméables que la peau aux produits qui sont en contact avec elles, augmentant ainsi le risque que des substances nocives pénètrent l'organisme. La cup, ce n'est pas une mince affaire pour une novice. Il faut être à l'aise avec le sang menstruel, être prête à mettre ses doigts dans son vagin pour l'enfiler et la retirer, avoir un point d'eau pour la nettoyer. Mais elle a bien sûr des avantages : elle a une grande contenance, elle ne dessèche pas les muqueuses, on ne la sent pas si elle est bien positionnée. Certaines femmes la portent sans protège-slip.



Visiblement utilisable en vase lorsque vous n'avez pas vos règles ;)


Puis, il y a maintenant 3 ans, j'ai décidé d'utiliser des serviettes hygiéniques lavables. Etant couturière, j'ai d'emblée opté pour une fabrication maison. J'ai lu des blogs afin de connaître les tissus et les formes les plus adaptés. Certaines partisanes du zéro déchet absolu utilisaient des vieux K-way pour faire l'imperméabilisant, d'autre de vieilles chemises en flanelle pour l'absorption et le contact avec la peau. Chapeau mesdames ! De mon côté, j'ai utilisé des matériaux neuf mais que je souhaitais peu polluant. J'ai donc opté pour des cotons biologiques, sans pouvoir éviter le fameux PUL (Polyuréthane Laminé) qui sert d'imperméabilisant.





J'ai tâtonné pour la forme, la longueur et j'ai fini par trouver des tailles différentes qui correspondaient bien aux principaux moments de mon flux ou de ma journée. Ainsi sont nées les premières SHL de Madimoma. Je vous propose de vous transmettre mon expérience pratico-pratique de l'entretien au quotidien. Oui, parce que c'est le frein principal entendu à l'utilisation des protections périodiques lavables : "Tu veux vraiment retourner à l'époque de nos grand-mères ? Elles ont tellement galéré avec leurs grosses serviettes en tissu !" Ma réponse est simple, elles sont beaucoup plus fines et surtout passe en machine à laver. Le progrès a du bon ;)



Ceci est une machine à laver


Voici donc la marche à suivre :

  1. Porter la serviette dans une culotte (plutôt en coton pour éviter qu'elle glisse sur le lycra par exemple). La changer au bout de 4 à 6h grand max : durée à adapter suivant votre flux.

  2. La retirer et la plier en 4. Fermer le bouton pression et stocker dans un sac, poche, pochette imperméable.

  3. Mettre à tremper dans l'eau claire (pas d'eau chaude, elle cuit le sang et vous aurez des tâches persistantes).

  4. Passer en machine AVEC le reste du linge de couleur à 30 ou 40°C max, essorage 700/800 max.

  5. Faites sécher dehors ou sur votre étendoir à linge. Pas de sèche linge (le tissu PUL fond).

  6. Réutilisez pendant plusieurs années.

Et les culottes menstruelles alors ? J'en dirai peu de choses car je n'en ai jamais porté. Je suis simplement mal à l'aide avec l'idée de la porter 12h. Je crains la macération et le développement de bactéries bien que les marques s'en défendent. J'aimerais lire des études sur le port prolongé de ces culottes menstruelles. De plus, s'il arrive que mon flux soit plus important que prévu, comment faire pour changer la culotte en pleine journée ? Je ne me vois pas retirer entièrement mon pantalon dans des toilettes publiques pour changer de culotte. Je testerai peut-être la nuit car en effet, je ne me lève que très rarement pour changer ma protection périodique.


Si vous avez un avis sur ce dernier sujet, je serai très intéressée de le connaître, et encore plus si vous avez testé. Merci d'avance :)

7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout